Fontaines WALLACE

publié le 16 janvier 2014

Vous vous souvenez, dans un numéro de Liliacée, je vous avais parlé des fontaines Wallace ? je vous avais demandé de me faire parvenir des photos de celles que vous découvrirez dans votre ville. J’en ai reçu quelques unes, mais je souhaiterais en recevoir d’autres.

On les appelle « LES BRASSERIES DES QUATRE FEMMES », les cariatides à la pose lascive. Sir Richard WALLACE donna son nom à ses fontaines qui furent créées lors du siège de Paris en 1870 et lors de la Commune, qui suivit. Le philanthrope anglais fit appel au sculpteur Charles-Auguste Lebourg pour améliorer les esquisses qu’il avait tracées. Elles furent alors les seuls points d’eau disponibles dans la capitale.
Suffisamment hautes pour qu’on les voie, mais pas trop pour ne pas gâcher le paysage. D’un prix abordable, elles furent fabriquées en fonte, facile à mouler et robuste. La couleur verte fut choisie pour être en harmonie avec le vert des parcs et des arbres. Pour la fabrication, les fonderies du Val d’Osne s’imposèrent naturellement. Aujourd’hui, elles sont coulées à Sommevoire. Il en existe quatre modèles à colonnettes qui a remplacé les cariatides, pour des raisons de coût, et qui aujourd’hui encore se vend bien notamment au Moyen-Orient. Fabriqué au départ à une trentaine d’exemplaires, il n’en reste plus que deux à Paris.
Un des personnages du film « Le fabuleux destin d’Amélie Poulain » s’appelle Madeleine Wallace et elle pleure naturellement comme…. Une fontaine.
Jacqueline PERRIN (ASCE 54)